Lexique

Voici un lexique général des noms ou acronymes un peu inhabituels que nous pourrions utiliser chez Ada. Le but de cette liste est de donner le nom réel des acronymes, une définition des noms et un lien vers une ressource pour en apprendre plus.
La liste est par ordre alphabétique.

Agilité

AJAX :

Cloture:

concaténer / interpoler :

DOM

Domaine :

Extrem programming: méthode de gestion de projet qui applique à l’extrême les principes du développement agile, c’est-à-dire se concentrer sur les besoins du clients, mettre en place un développement itératif et l’intégration continue. L’équipe projet et ses relations avec le client sont au coeur de XP.
Ressources:
- https://www.planzone.fr/blog/quest-ce-que-la-methodologie-extreme-programming

Endpoint :

Fonction imbriquée :

  • Fonction imbriquée ou fonction interne est une fonction à l’intérieur d’une fonction qui ne pourra être appelé que par la fonction englobante .

    Exemple : ajout au carres

    function ajouteCarrés(a, b) {
    function carré(x) {
    return x * x;
    }
    return carré(a) + carré(b);
    }

    a = ajouteCarrés(2,3); // renverra 13 .

Forum ouvert:

framework :

Golden Master: Tests qui permettent de sécuriser la refonte d’une application en appliquant une couche de test sur l’application initiale avant toute modification.
Ressources:

hash :

héritage :

kanban :

kernel

library (bibliothèque) :

Miro : outil collaboratif en ligne (interface web ou client dédié) qui permet d’organiser le travail d’une équipe et son suivi, en offrant de nombreux outils pensés autour des méthodes agiles : post-its, mindmap, wireframes, etc.
Grâce à ses nombreux modèles par défaut (user story mapping, Kanban avec les colonnes classiques, wireframes d’applis mobiles) Miro peut être utilisé aussi bien pour la conception d’un produit, la découpe de fonctionnalités, le suivi des équipes de développement, l’affectation des tâches au sein d’une équipe, la prise de note personnelle ou à plusieurs, etc.

OOP

page statique/dynamique

paradigme déclaratif

Parsing :

Plénière :

promesse, fonction asynchrone :

recursive :

regular Expressions :

Scraping :

Scrum:

Snippet :

soft-skill :

Spectacle:

TDD:

Tuple : comparé aux listes, les tuples sont immuable; on ne peut que les lire, on ne peut ni ajouter des éléments ni en retirer.

UI/IX :

variable environnement

4 J'aime

Merci d 'avoir mis en place le lexique…

Les objets (Object-Oriented Programming: OOP)

3 parties:

  • Polymorphism
  • Inheritance (coming soon to your local drug dealer)
  • Encapsulation (coming soon to your local drug dealer)
Polymorphism

méthodes avec le même nom peuvent être distingué par les paramètres qu’elles reçoivent:

class Test():
def test_func(self, x, y)
print(x + y)
def test_func(self, x)
print(x)
test = Test()
test.test_func(1, 2) --> 3
test.test_func(1) --> 1

Pour les langages typé le type de variable aide aussi a differencier. Pseudo langage:

class Pseudo():
def pseudo_func(int x, int y)
print(x + y)
def pseudo_func(string x, string y)
print(x + y)
pseudo = Pseudo()
pseudo.pseudo_func(1, 2) – > 3
pseudo.pseudo_func(« Hello », « World ») --> « Hello World »

SI vous pensez que je dis de la ******:

Paradigme déclaratif

Il existe trois sous catégories de paradigme déclaratif: logique, fonctionnel et
base de données.
La programmation déclarative met l’accent sur ce que l’on veut faire plutôt
que sur comment on va le faire en ne déclarant que le résultat de ce que l’on
veut au lieu de comment on l’a trouvé.

Programmation logique

La programmation logique permet de résoudre des problèmes logiques tels que les
puzzles. Il s’agit d’un modèle de calcul abstrait.
On spécifie un ensemble de règles et de faits afin qu’un moteur en déduise les
réponses aux questions / problèmes posés.

sum of two number in prolog:
predicates
sumoftwonumber(integer, integer)
clauses
sum(0, 0).
sum(n, r):-
n1=n-1,
sum(n1, r1),
r=r1+n

Programmation fonctionnelle

La programmation fonctionnelle fait appel a des fonctions mathématiques
afin de les exécuter.
Les fonctions sont abstraites, elles peuvent changer leurs valeurs sans changer
la signification du programme.
Il est composé d’expressions qui se réduisent en valeurs (ex : entiers,
booléens, fonctions, …) et les valeurs peuvent être nommées avec des noms
symboliques.
Certaines langues comme perl, javascript, utilisent principalement ce paradigme.

let rec f = function
0 -> 1
| n when n>0 -> n*(f (n-1))
| _ -> failwith « Not defined ! »
;;

f est une fonction récursive
on associe 0 à 1
à toute autre valeur n > 0 associe n*f(n−1)
sinon on génère une erreur

Approche de bases de données / données

Cette méthodologie de programmation se base sur les données et leur
mouvement. Les instructions sont définies par des données au lieu de coder
en dur une série d’étape.
SQL est un exemple de langage développé principalement pour l’application
de base de données.

CREATE DATABASE databaseAddress;
CREATE TABLE
Addr ( PersonID int,
LastName varchar (200),
FirstName varchar (200),
Address varchar (200),
City varchar (200),
State varchar (200)
);

Les méthodes Agile :

On peut aussi appeler ça paradigme, état d’esprit, culture, courant ou encore mouvement agile. C’est une approche de la gestion de projet qui va à contre-courant de la méthode classique : une méthode avec un effet tunnel, qui part de la réalisation d’un cahier des charges très contraignant avec le client, d’un temps de réalisation assez long, puis de la livraison. Il y a très peu de communication dans cette méthode prédictive, qui laisse peu de place aux changements, aux ajustements et au droit à l’erreur.

Les méthodes agile a une approche du produit, en impliquant le client du début à la fin via un processus itératif et incrémental. Le client met en place son cahier des charges, l’équipe va hiérarchiser les besoins des clients, faire des objectifs à court terme, livrer un premier produit fini avec le minimum nécessaire, puis faire le point avec le client, et ainsi de suite. Cette méthode permet d’avoir un produit qu’on peut très rapidement montrer aux clients, qui peuvent tout de suite faire des feedbacks, réajuster et ré-hiérarchiser les fonctionnalités qui n’ont pas encore été développées.

Cette souplesse est un atout. La simplicité, c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile est essentielle. On se concentre sur la satisfaction du client et la réalisation du produit par petits blocs. Centré sur la hiérarchisation des besoins du client, on peut livrer tôt et souvent.

Un exemple de méthode agile -> Scrum. un cadre de travail permettant de répondre à des problèmes complexes et changeants, tout en livrant de manière productive et créative des produits de la plus grande valeur possible. Scrum est léger, simple à comprendre mais difficile à maîtriser. Se base sur une approche itérative et incrémentale pour optimiser la prédictibilité et pour contrôler le risque.
Trois piliers soutiennent l’implémentation d’un contrôle empirique de processus : la transparence, l’inspection et l’adaptation.
Le PO : découper et hiérarchiser les besoins des clients et les traduire en besoins élémentaires « user stories », vérifie et valide si tout répond aux attentes des utilisateurs
Equipe de réalisation : les techs -> test - réalisation - etc
Les Key users : ceux qui vont tester chaque nouvelles fonctionnalités.
Cycle courts = sprint = itération = 2 à 4 semaines : planning meting -> démo -> réalisation des users stories -> rétro